Imágenes de página
PDF
ePub

où il doit réunir quatre-vingt-dix mille hommes. Sa majesté regarderait comme une chose heureuse que l'ennemi s'aveuglât assez pour nous attaquer dans cette position ; mais il nous serait désavantageux que ne voulant pas courir cette chance, nous fussions trompés sur les projets de l'ennemi, et qu'en éprouvant une faible résistance, il s'emparât de la bonne position de Guttstadt. Après vous avoir fait connaître, monsieur le maréchal, les intentions de l'empereur, sa majesté s'en rapporte parfaitement à votre expérience et à votre zèle pour son service. Vous ne devez pas considérer votre corps comme isolé, mais bien comme lié à l'ensemble du système; enfin, soit que vous restiez à Guttstadt, soit que vous l'ayez évacué, vous devez garder le pont de Guttstadt.

Au maréchal BERNADOTTE.

Osterode, le 27 février. M. Bontems, officier de mon état-major, parti hier soir de Braunsberg, arrive et nous instruit du beau résultat du combat du général Dupont. L'empereur attend votre relation avec impatience, et surtout les renseignemens que vous aurez recueillis des prisonniers ; ces renseignemens vous auront servi de règle, et vous aurez disposé en conséquence votre corps d'armée. Tout porte à penser que le maréchal Ney a quitté Guttstadt ; si cela est , il se portera demain du

côté de Mohrungen, bordant le haut de la Passarge jusqu'à Deppen. Le maréchal Davout, les grenadiers d'Oudinot, et les cuirassiers, seront réunis demain sur Osterode, pour agir ensuite selon les circonstances, si l'ennemi se jetait du côté de Guttstadt'; il est possible que l'empereur se décide à tourner son flanc droit

par Braunsberg et Möhlsack. Ce mouvement, qui menacerait Königsberg, devrait le rappeler en arrière, nous maintenir maîtres d'Elbing, de la Basse-V istule, et donner le temps au maréchal Lefebvre de cerner Dantzick.

Si l'ennemi continue à rester sur la défensive, et se borne à n'entreprendre que par des corps détachés, alors l'intention de l'empereur est de s'enfoncer davantage sur sa gauche, et sa majesté pense qu'alors vous pourriez vous concentrer sur Muhlhausen, le maréchal Soult sur Holland, et le maréchal Ney sur Liebstadt ; par ce moyen on se trouverait plus réuni et plus à portée de prendre l'offensive sur le flanc droit de l'ennemi, et de profiter de tout autre mouvement qu'il ferait

Savez-vous si l'ennemi est en grande force à Möhlsack? Les prisonniers et les habitans de Braunsberg doivent avoir donné beaucoup de renseignemens au général Dupont. Faites-moi connaître ce que vous

saurez.

[ocr errors][merged small][merged small]

J'ai mis sous les yeux de l'empereur, monsieur le maréchal , votre lettre d'hier, à huit Heures du soir. Nous attendons toujours le général russe qui n'est pas encore arrivé. Il eût été utile que vous nous eussiez adressé les interrogatoires des prisonniers de guerre, afin qu'on eût pu les combiner avec ceux des autres corps. A l'instant le général russe arrive.

Le prince de Ponte - Corvo a fait attaquer hier Braunsberg par le général Dupont, à quatre heures après midi, a mis en déroute un corps d'environ quinze mille hommes prussiens et russes , a pris toute l'artillerie et fait un grand nombre de prisonniers.

L'ennemi, dans la journée d'hier , a fait toute espèce de tentative; il a fait faire des chevalets, des rampes; il a canonné, on lui a rendu coup pour coup. Il a montré de l'infanterie; mais quand il a vu qu'on lui tenait tête , il est resté tranquille. Ce matin à dix heures il n'y avait rien de nouveau. Si vous êtes à portée de Guttstadt, et que l'ennemi n'y soit point en grande force, sa majesté pense qu'une attaque brusque et inattendue de tout votre corps réuni, vous mettrait à même de reprendre cette position, et de faire beaucoup de mal à l'ennemi.

[ocr errors][ocr errors]

L'empereur croit que les nouvelles que vous donnez du général Essen sont controuvées ; car le général Essen a été battu par le 5e corps. Il paraît que ses troupes ne sont composées que de recrues , et que ce corps est toujours sur le Bug; mais il y a un général Essen qui commande une division, et qu'il ne faut pas confondre avec l'autre : l'ennemi, comme vous le jugez bien , répand toute espèce de faux bruits, et emploie des subterfuges pour accroitre l'opinion en sa faveur.

Și 'les renseignemens que vous ave: ne vous font pas penser que vous puissiez réattaquer avec avantage Guttstadt, vous vous bornerez à poursuivre vivement l'arrière-garde ennemie qui vous aura suivi. L'inten; tion de sa majesté serait que vous occupassiez demain Peterswalden et Alb-Ruplen , par ce moyen , vous couvririez Osterode, et seriez à même de vous porter sur Liebstadt ou sur Mohrungen, suivant les circonstances; vous laisseriez un corps d'observation à Allenstein. Le corps

du maréchal Davout et la division Oudinot se réunisseni demain sur Osterode.

Communiquez demain de bonne heure à Liebstadt avec le maréchal Soult, et à Deppen avec le général Saint-Hilaire; 4!!!

Au maréchal Davour.

Osterode, le février L'INTENTION de l'empereur, monsieur le maréchal, est que vous mettiez demain en mouvement votre corps d'armée pour se rapprocher d'Osterode.

Au grand-duc de Berg.

1

Osterode ,

, 27 février, huit bieures du soir.

L'INTENTION de l'empereur , monseigneur , est que vous donniet vos ordres pour que la division Espagne aille demain prendre ses cantonnemens à Saalfeld, et que la division da général Nansouty' les prenne à Deutsch-Eylau; quant à la division Beaumont, il suffit que vous lui disiez de se tenir prête à partir Vous préscrirez aux généraux Espagne et Nansouty de laisser à leurs anciens cantonnemens environ cent cinquante chevaux qui ne bougeront point sans nouveaux ordres.

Au maréchal LEFEBVRE.

Osterode , 28 février. L'EMPEREUR me charge de vous prévenir, monsieur le maréchal, que le général Boivin est à Marienburg avec le ze régiment d'infanterie légère; l'intention de sa majesté est que ce régimeut reste lå

« AnteriorContinuar »