Imágenes de página
PDF
ePub

en échec la gauche de l'ennemi, composée de deux divisions du corps du général Essen; 3o. protéger le pays contre les incursions des cosaques et maintenir la communication de l'armée.

Tant que le quartier-général impérial restera à Osterode et que l'on sera de part et d'autre sur la défensive, il paraît convenable d'occuper Ostrolenka par une avant-garde, et la ligne de l'Omulew par des postes de cavalerie et d'infanterie, en tenant les forces réunies à Pullusk , Makow et Praznitz.

Si les mouvemens de l'ennemi ou toute autre raison forçaient à évacuer la ligne de l'Omulew, les pays seraient encore garantis en occupant la ligne de l'Orezyc.

Les communications avec l'armée 'tant qu'elle sera à Osterode , se feront derrière la W kra. Ainsi quand même on serait obligé d'évacuer l'Omulew et l’Orezyc , quelques postes sur la Wkra protégeraient la communication de l'armée de la rive droite au quartier-général; enfin, reste à tout événement la communication par la rive gauche de la Vistule.

Si l'armée française prend l'offensive, l'empereur étant maître du mouvement fera passer ses ordres au maréchal Masséna sur le rôle qu'il doit jouer. Mais si l'ennemi prend lui-même l'offensive, le maréchal devra lui-même prendre l'offensive sur un point de la gauche de l'armée ennemie, de manière

à remplir les trois buts ci-dessus désignés; empêcher l'ennemi de retirer une portion du corps d'Essen, pour l'empêcher de l'opposer aux autres corps de l'armée, et s'il l'avait fait, le suivre dans ce mouvement pour renforcer de son côté le gros de l'armée ; car on suppose que, dans ce cas, ce que l'ennemi aurait laissé devant le 5e

corps

reculerait à mesure que le 5e corps avancerait, ce qui rendrait inutile ce corps pendant qu'il se passerait des événemens importans.

Si au contraire l'ennemi prenait l'offensivé sur le 5° corps , et qu'il s'y trouvât avec une grande force, le maréchal Masséna trouverait encore dans les trois buts qu'il doit remplir les principes de sa conduite; obligé de se mettre sur la défensive, s'il n'était plus dans le cas de garder Pultusk', il garderait Sierock et la rive gauche de la Narew. En conservant le pon't de Sierock , il se trouverait à même de reprendre l'offensive , si l'ennemi après avoir, poussé le 5e corps

is se portait sur le reste de l'armée.

Enfin si la force de l'ennemi était tellement supérieure qu'il s'emparât de la Narew et qu'il la 'passat de vive force , il ne resterait plus qu'à défendre les ouvrages de Praga, la rive gauche de la Vistule depuis vis-à-vis Plozk jusqu'à la frontière autrichienne." }

Le maréchal Masséna aura sous ses ordres une division bavaroise qui a été détachée de Silésie, et que commandera le prince royal ;

La ire légion polonaise qui s'organise à Varsovie. Le maréchal Masséna receyra des

comptes

du

gouverneur de Varsovie et de tous les commandans d'armes du département de Varsovie ; il aura l'inspection sur tous les travaux de Pultusk, Sierock, Praga et Modlin.

Pendant le mois de mars, si l'ennemi reste tranquille , l'intention de l'empereur est de reposer son armée, et le 5e corps

doit prendre ses cantonnemens comme il a été dit ci-dessus.

Quand la division bavaroise sera arrivée, il sera bon d'occuper jusqu'à Brock le long du Bug, afin d'éloigner l'ennemi de Varsovie. On fera cantonner cette division en seconde ligne du côté de Noviemasto et Chicanow; mais de sorte que toutes les troupes sur la rive droite de la Narew soient placées de manière qu'en cas de dégel, si les ponts étaient rompus, cela ne portât aucun obstacle à la réunion

du corps.

Il y a à Pultusk, á Praznitz et à Chicanow, des manutentions.

Il faut que les magasins de ces différens lieux ne soient jamais approvisionnés que de quoi nourrir l'armée pendant quinze jours. Ces magasins seront approvisionnés par le district de Plozk et par les magasins de Varsovie , si cela est nécessaire. :

Le quartier-général du 5e corps paraîtrait dans ce

moment devoir être à Pultusk, et les communications faire par

Chicanow.

se

Au maréchal BERNADOTTE.

Osterode, le 25 février, L'EMPEREUR, monsieur le maréchal, après avoir relu votre lettre du 24, pense qu'il n'y a à Bromberg que des Prussiens qui croient que nous l'avions évacuée, parce que la brigade Durosnel a quitté ces lieux avant que vos troupes l'eussent relevée.

Quoi qu'il en soit, monsieur le maréchal, l'empereur ordonne que vous attaquiez l'ennemi , que vous le chassiez de Bromberg et de Frauenburg. J'écris au maréchal Soult pour qu'il se tienne en mesure pour défendre le pont d'Alken.

Au maréchal Ner.

Osterode, le 26 février.

J'ai mis votre lettre du 26 à une heure du matin sous les yeux de l'empereur; il paraîtrait, par les nouvelles que nous avons, que l'ennemi envoie tous les Prussiens du côté de Bromberg, et que c'est la cause des mouvemens que vous voyez; quant à la lettre interceptée, elle a l'air d'avoir été répandue à dessein ; mais pour

fixer les idées il faudrait connaître la manière dont elle a été interceptée. Il n'y a pas de doute que l'ennemi ne désire nous voir repasser la

Vistule, mais il est probable aussi qu'il ne voudra pas encore courir les chances d'une bataille. On n'a pas vu d'infanterie du côté de Wormditt, on n'a point tiré de canon du côté de Liebstadt; le marém chal Soult dit au contraire qu'il en a entendu tirer du côté de Heilsberg. L'empereur au surplus est en mesure de réunir quatre-vingt-dix mille hommes sur le plateau d'Osterode.

Le maréchal Bernadotte a dû attaquer aujourd'hui ou attaquera demain quelques Prussiens qui avaient pris possession de Bromberg; il faudrait de votre côté faire quelques prisonniers pour avoir des nouvelles de ce qui se passe. Les colonnes des cosaques paraissent recevoir volontiers les parlementaires, et aiment à jaser; il faut en profiter.

L'empereur pense que vous ne devez pas laisser l'ennerni s'introduire entre vous et Liebstadt sur Deppen, puisque c'est par là que votre corps doit à tout événement se retirer sur Osterode. La division du général Grouchy doit vous avoir rejoint; faites connaître où est votre parc et où sont vos bagages. L'empereur croit que vous avez évacué vos blessés. Faites faire quelques patrouilles sur les derrières pour ramasser des blessés traînards qui se cachent dans les maisonsa

Atheo at det kayit on ainult per posar en litend be possiamo disanje silent rioyanan tinta de ingreglan Pakistan ting

« AnteriorContinuar »