Imágenes de página
PDF
ePub

Au maréchal DATOUT.

Eylau, le 13 février. L'EMPEREUR approuve fort, monsieur le maréchal, que vous vous fassiez éclairer

par

des reconnaissances en arrière de votre droite, afin de savoir ce qui s'y passe.

143Ordre de l'empereur. 19"..
OS

ci

Eylau, le 13 février. ORDRE ay general Chasseloup de faire reconnaître par des officiers du génie la rivière de la Passarge depuis les lacs d'Hohenstein jusqu'à la mer ; de reconnaître un emplacement pour jeter un pont du côté de Marienwerder, et de choisir un local.où l'on puisse établir, une bonne tête de pont. Si la pointe de la presqu'île de Montau pouvait servir pour cet objet, cela pourrait être de quelque utilité. Il faut que le commandant du génie fasse reconnaitre le

pays

de Marienwerder jusqu'à la mer. Vous lui ferez connaître également que mon intention est de pousser vigoureusement le siége de Dantzick, et qu'il est surtout bien importaát d'achever les fortifications de " Thorn, de Sieroek) de Praga .et de Modlin. Ordre aux marins de la girde de se rendre à Thorn, ainsi qu'aux pontonniers de la garde'; ces pontonniers sont toujours du côté de Parsovie. Ordre au général d'artillerie de iriger tous les pontons de l'armée sur

Osterode, et de reconnaitre de concert avec le génie un point du côté de Marienwerder, du côté de la Vistule, Donnez également l'ordre au général de l'artillerie de préparer tous les moyens en matériel et en personnel pour pousser vigoureusement le siége de Dantzick, mon intention étant de placer mon armée de manière à protéger le siége de cette place qu'il est instant de prendre avant tout.

Au prince de PONTE-CORTO.

[ocr errors]

Eylau, le 13 février. Je vous envoie, monsieur le maréchal, l'extrait des rapports des avant - postes du général Guyot par lesquels yous verrez qu'il croit que l'ennemi fait un mouvement sur notre gauche (ayant yu dans la direction de Brandenburg pendant toute la nuit des

feux de bivouac), et qu'il occupe Mansfeld pour protéger ce mouvement. L'empereur pense que vous serez déjà instruit de cette marche de l'ennemi

par les reconpaissances que vous aurez voyees so

envoyées sur Brandenburg et sur Mansfeld. L'intention de sa majesté est que vous fassiez appuyer votre cavalerie par quelques compagnies d'infanterie légère, et par Ha division de dragons à vos ordres.

L'ennemi peut avoir pour but ou d'infester nos derrières sur votre gauche, qu de favoriser la rentrée de quelques détachemens qui seraient restés du

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

}

côté d'Elbing, et qui naturellement doivent tomber entre vos mains. Je donne l'ordre au général Lahoussaye de se rendre à votre corps d’armée pour y commander votre cavalérie légère. Quánt au général Tilly, l'empereur pense que vous pouvez le laisser à ühe division d'infanterie:

doia 99612 9:10 sh 9" pie si tens 1,74 Saison !

Au maréchal LEFEBVRE, ouc)-ATYO' yang

L'EMPEREUR,

Eylau , le 13 février. monsieur le maréchal, pense que vous êtes rendu à Osterode; il est nécessaire que vous protégiez efficacement la rotte d'Ostérdde à Thorn

contre les excursions des cosaques ? 'sa majesté suppose que vous avez fait passer sur la rive droite de la Visflute'un certain nombre de cavaliers" polonais ; ' l'évacủation des blessés se fait par Hohenstein, 'et de là sur Thorn; d'autres sont évacués par Héilfberg, Guttstädt el "Ostérode; faites donc tout ce que v

que vous pourrez pour que ces blessés soient le moins Wall possible. L'intention de l'empereur est de prendre sous peu de jours ses quartiers le long de la Passarge.stinsä

Je dois vous prévenir, monsieur le maréchal, que d'après le rapport de quelques espions', ili paraîtrait qu’une colonne de quatre à cinq mille hommes, tant cavalerie qu’infanterie ; 's'est, portée sur Orrétsburg, et des cosaques sur Villenberg; Yue cette colonne 'était une de celles opposées au corps du général Sä

1

vary, lequel devrait être le 11, au matin, à Ostrolenka , où , d'après les instructions générales , il doit défendre et protéger les communications de l'armée, ce qui fait supposer à l'empereur qu'il est déjà à Villenberg pour attaquer et chasser cette colonne; différens ordres lui ont été adressés dans ce sens ; mais comme les courriers ont été interceptés, vous devez vous mettre en correspondance avec le général San vary et lui faire connaître ce qui se passe sur les der, rières , afin que ce général puisseagir de manière à les trouver libres le général Oudinot, qui devait être le 12 à Pullusk, a les mêmes instructions générales que le général Savary; il se sera sans doute aussi porté sur Villenberg, quand il aura appris que les cosaques y étaient; vous devez communiquer avec lui pour lui donner les directions convenables.

L'empereur; monsieur le maréchal, vous recoma mande particulièrement d'avoir l'oeil sur Thorn, de faire travailler aux fortifications, et d'avoir à faire mettre tous les fours en état pour faire le plus possible de pain.

Pressez l'arrivée du général Ménard, dont les trout pes ne pourront que vous être très-utiles.

Vous savez que l'ennemi a été complétement battu le 8 à la bataille d'Eylau; il nous a laissé une ving taine de pièces de canon, bon nombre de prisonniers, enfin, il a perdu dans cette journée, vingt à trente

mille hommes, dont dix généraux ; il est allé sé ralliér sous les murs de Königsberg et derrière fa Pregel. Au général SAVARY.

Eylau, le 13 février L'EMPEREUR , général , est faché que vous n'ayez pas tenu en échec le corps du général Essen, et que vous lui ayez laissé gagner plusieurs marches sur nous; la première chose à faire est de fusiller l'espion qui päfait vous avoir" si "évidemment trompé; ši le général Essên , qui paraft s'être mis en marche le 5 ou le 6 pour se joindre à l'armée du général Benningsen, s'est dirigé à droite súr Königsberg, il n'aura envoyé sur vous que des cosaques et de la cavalerie; il est donc indispensable que vous envoyiez la division de dragons du général Becker pour balayer et couper tous ćés cosaques , et que vous vous mettiez en marche pour appuyer la droite de l'empereur; si au contraire le détachement du corps d'Essen s'est mis en position sur notre flanc, à Ortelsburg ou autre part, vous devez marcher droit à lui et l'attaquer ; comme le général Oudinot avait été informé dès le 6 du mouvement de l'ennemi, et que son instruction géhérale lui ordonne de veiller sur les communications de l'armée, il se sera mis en marche sur Villenberg; il est nécessaire que vous laissiez quatre bataillon's, un régiment de cavalerie et quatre pièces de

« AnteriorContinuar »