Imágenes de página
PDF
ePub

la cavalerie légère occupe ce soir Ortelsburg ; l'empereur restera vraisemblablement demain à Villenberg; envoyez-lui des nouvelles trois ou quatre fois par jour sur ce qui viendra à votre connaissance; faites venir les baillis et les maîtres de poste pour les interroger.

Au grand-duc de Berg.

Villenberg, le 1er février. L'EMPEREUR mon prince, me charge de vous dire qu'il faut tâcher d'avoir sur tout le front les chasseurs et les hussards, que c'est leur métier et qu'ils ont plus l'habitude des avant-postes que les dragons ; l'intention de sa majesté est que vous envoyiez de fortes reconnaissances, car sans cela on perd toute sa cavalerie; si au lieu d'avoir envoyé deux à trois cents chevaux sur Passenheim on en avait envoyé douze cents, l'échauffourée qui s'est passée n'aurait pas eu lieu ; mille ou douze cents chevaux auraient fait les cinq lieues et auraient poussé des partis en avant pour avoir des nouvelles. Sa majesté trouve que les événemens

que

la cavalerie a eus depuis quelque temps viennent de ce même faux principe. L'ennemi ne se montre au contraire partout qu'en très-grand nombre; il faut tâcher aussi de mettre de l'ordre dans les reconnaissances afin qu'elles ne se croisent pas, sans cela, au second jour, tous les

[ocr errors]

régimens sont fatigués et se réduisent à rien ; la cavalerie légère du maréchal Soult se portera à Mensa guth où le général Guillot établira son quartier-général et éclairera les routes de Bischopsberg et de Nicolaïken.

Une des deux brigades de la division du général Lassalle se placera en avant de Pussenheim et éclairera la route de Vartenburg et d'Allenstein , et l'autre éclairera la route de Hohenstein. Par çe moyen , l'une de ces brigades formera le centre et l'autre la gauche ; l'intention de sa majesté est que votre altesse porte son quartier-général à Passenheim et que vous placiez vos deux divisions de dragons de manière à pouvoir se porter sur les points qui pourraient avoir besoin d'être soutenus.

Le maréchal Soult partira avant le jour, et portera deux de ses divisions à Passenheim , et une à Ortelsburg ; le maréchal Ney a ordre de se porter à michemin de Gilgenburg à Allenstein.

En envoyant des reconnaissances sur Allenstein et sur tous les autres points, vous aurez des renseignemens sur l'ennemi; mais sa majesté vous recommande de composer de fortes reconnaissances, et de faire mettre de côté les mauvais chevaux et les chevaux fatigués. Il faut ici qu'il y ait des deux armes ; un certain nombre de cavalerie légère pour pousser des pointes , et un bon nombre de dragons pour les

appuyer. En asseyant vos cantonnemens, rez demander au maréchal Soult qu'il vous fournisse quelques compagnies d'infanterie légère , surtout si

vous pour

le pays est boisé.

Au maréchal SOULT.

Villenberg , le 1er février.

[ocr errors]

L'INTENTION de l'empereur, monsieur le maréchal, est que vous partiez à la pointe du jour pour porter votre quartier-général à Passenheim. Une de vos divisions passera par Ortelsburg et y passera la nuit, si elle est inutile à Passenheim, où se rendront les deux autres divisions ; le général Guyot, avec sa cavalerie légère, portera son quartier-général à Mensguth; la cavalerie légère du général Lassalle se rend en avant de Passenheim, et couvrira les débouchés de Wartenburg et de Hohenstein. Comme vous avez des troupes en arrière de Villenberg, il n'y a pas de nécessité de leur faire faire une trop grande marche; elles pourraient donc se cantonner en arrière de Pas-senheim ; mais il ne faut cantonner aucune compagnie en avant de cette ville , si ce n'est quelques compagnies d'infanterie légère pour donner de la sûreté et de l'aplomb à la cavalerie, et une avant-garde d'infanterie que vous pourrez porter à une demilieue en avant de Passenheim; si l'ennemi se trou

ce soir.

" dans saretraite;

vait à portée, le maréchal Ney a dû aller à mi-chemin de Hohenstein,

Sa majesté désire que vous laissiez un de vos aidesde-camp ici pour vous faire connaître ce que le maréchal Ney aura mandé sur la position qu'il prendra

Le maréchal Davout est à Mysziniec avec une avant-garde à Villamoven , et sa cavalerie sur le chemin de Nicolaïken et de Johansburg. Au maréchal LEFEBVRE.

Villenberg , le jer février.
.PL

Je vous préviens, monsieur le maréchal, qu'il serait possible que l'enneini débordât la gauche du marechal Bernadotte; mais dans la position ou est l'empereur, l'ennemi ne peut rien entreprendre de sérieux sur Thorn; d'ailleurs, aujourd'hui vous devez avoir. les Hessois, deux régimens d'infanterie française , douze pièces d'artillerie française et l'artillerie hessoise. Il n'y aura point d'inconvénient qu'avec ces forvous fassiez reprendre l'investissement de Graudentz, et vous portiez dans la direction entre Marienwerder et Osterode pour acculer les partis ennemis sur la mer. L'empereur suppose que l'ennemi doit commencer bientôt à se mettre en retraite, parce qu'il se trouve débordé par sa gauche; mais il serait possible

aussi

que l'ennemi se trouvant entièrement coupé, n'eût d'autre ressource, dans sa situation désespérée, que de se jeter sur Thorn; ce serait à vous à le contenir sans vous exposer; alors vous défendriez Thorn et garniriez la rive gauche de la Vistule ; d'ailleurs, dans cette supposition, la colonne ennemie qui serait coupée serait vivement talonnée.

L'empereur suppose que vous êtes en communication avec le maréchal Bernadotte , auquel vous devez envoyer un officier pour vous faire connaître les mouvemens de l'ennemi, et que vous puissiez diriger vos mouvemens en conséquence.

Je vous préviens que le corps formant le contingent du roi de Saxe, fort de six mille hommes, a l'ordre de se réunir à Posen, et qu'aussitôt qu'il y sera arrivé, il recevra l'ordre de faire partie de votre corps d'armée.

[ocr errors]

Au maréchal DAVOU T.

Villenberg , le fer février. Si vous ne recevez pas de nouveaux ordres, monsieur le maréchal , vous vous porterez demain, pointe du jour, sur Ortelsburg, en laissant une arrière-garde à Mysziniec. Tâchez d'avoir des nouvelles de la force de l'ennemi à Serburg. Le grand-duc de Berg et le maréchal Soult sont aujourd'hui à Passenheim; les maréchaux Ney et Augereau à moitié

« AnteriorContinuar »