Imágenes de página
PDF
ePub

Villenberg , pour instruire l'empereur de ce qui se passe à la gauche ; plus l'ennemi sera enfoncé, mieux cela vaudra.

Le maréchal Lefebvre sera vraisemblablement à Thorn le jer février avec quatre mille Français , douze pièces d'artillerie et la division de grosse cavalerie du général Espagne.

Au général OUDINOT.

Varsovie , le 28 janvier.

L'EMPEREUR , général, ordonne que le lendemain de votre arrivée à Lövicz vous continuiez votre route pour vous rendre le plus tôt possible à Varsovie, sans cependant trop fatiguer vos troupes. Sa majesté aurait désiré

que vous y fussiez arrivé le jer, et continuer votre marche

pour être le 2 à Sierock et le 4 à Praçnitz. Vous enverrez en poste un de vos aides-de-camp au quartier impérial à Praznitz, afin de vous porter des ordres qui peuvent varier suivant les événemens.

En passant à Varsovie, général, vous prendrez du pain pour quatre jours, et vous remplirez vos caissons de biscuit, s'il y en a à Varsovie ; sinon, vous les emplirez de pain, de manière à avoir avec vous des vivres pour dix jours.

[ocr errors]

Au maréchal BESSIÈRES.

Varsovie , le 28 janvier. L'INTENTION de l'empereur, monsieur le maréchal, est que sa garde cantonne demain entre Pultusk et Praznitz, partageant la journée de manière qu'elle arrive à Praznitz le 30 au soir, et le 3.1 à Chorzel.

La garde arrive ce soir à Sierock; elle a du pain jusqu'au 31 : elle prendra sur les vingt-cinq mille rations de pain qui sont à Sierock, et qui sont destinées pour le maréchal Soult, six mille rations, ce qui assurera les subsistances jusqu'au įer février. La garde doit avoir avec elle six jours de biscuit pris à Varsovie; sa subsistance sera donc assurée jusqu'au 7 février.

Dispositions générales pour les subsistances.

Varsovie , le 28 janvier. Le maréchal Davout sera autorisé à prendre vingt mille rations de biscuit des cinquante mille qui se trouvent à Pultusk; la manutention de Pultusk cuira exclusivement pour lui, hormis pour l'hôpital et le besoin de la garnison de Pullusk.

Le maréchal Lannes est parti avec des vivres jusqu'au 31 ; dans les journées du 29 et du 30, il lui sera expédié de Varsovie ou de Nieporent quinze mille rations de pain, ce qui assurera ses subsistances pour le jer et le 2. Il se procurera à Brock et dans le pays,

devant emmener ses boulangers pendant ce temps-là , du pain pour plusieurs autres jours.

La garde arrive ce soir à Sierock; elle a du pain jusqu'au 31; elle prendra sur les vingt-cinq mille rations de pain en réserve à Sierock, et qui sont destinées pour le maréchal Soult, șix mille rations, ce qui assurera ses subsistances jusqu'au 1er février. Elle doit avoir avec elle six jours de biscuit de Varsovie ; ses subsistances seront donc assurées jusqu'au 7 février.

Le maréchal Soult, indépendamment des ressources qui lui sont propres, vingt-cinq mille rationsde biscuit et dix-huit mille de pain qui sont en réserve dans les magasins de Sierock , sont mises à sa disposition; ce qui lụi fera du pain pour deux jours, Du pain et du biscuit seront expédiés de Thorn sur les corps de messieurs les maréchaux Ney et Bernadotte.

Le général Oudinot prendra, en passant à Varsovie, du pain pour quatre jours entiers ; il remplira ses caissons de biscuit, s'il y en a à Varsovie ; sinon, de pain, de manière à avoir avec lui pour dix jours de vivres.

Le maréchal Augereau tirera tout le pain qui se trouve à la manutention de Modlin, où il a été enyoyé des farines pour viņgt mille rations de pain. Ces envois se succéderont de Varsovie sur Modlin , de manière à entretenir cette manutention.

Les envois de farine se succéderont également de Varsovie sur Sierock, Nieporent et Pultusk; cela est essentiel surtout pour Nieporent et pour Sierock, pour les blessés qui ne pourraient passer la rivière.

L'intendant-général y entretiendra dies farines pour faire trente mille tations par jour; il faut même qu'il y ait assez de farine pour pouvoir en envoyer dans les villages , et en distribuer aux soldats pour faire de la bouillie, si les circonstances le rendent nécessaire.

Il doit y avoir à la suite du quartier-général cent soixante voitures de la compagnie Breidt; l'intention de l'empereur est qu'elles soient parties le 31, ét qu'elles ne rentrent plus à Varsovie que par un ordre de l'état-major-général.

On fera partir demain cinquante de ces voitures chargées de pain, s'il y en a à la manutention, sinoni on les chargera de farine. La farine sera déposée à Sierock le 30 au soir , et le 31 ces caissons partiront en se chargeant de trente mille rations de biscuit qui restent à Pultusk, et les conduisant à la suite du quartier-général.

Demain partiront trente voitures découvertes de la compagnie Breidt, chargées de trois cent mille rations d'eau-de-vie ; cela sera rendu le 30 à Puliusk, le 31 á Praznitz , et cela continuerà à suivre l'armée.

Le 30 cinquante autres voitures de la compagnie

Breidt partiront chargées de pain , et le 30 il devra y avoir au moins quarante mille rations; en cas d'insuffisance de pain, on complétera le chargement de farines; cela suivra également le quartier-général.

Le 31 tout le reste des voitures de la compagnie Breidt, et celles qui arriveront d'ici à ce temps à Varsovie, partiront chargées de pain, de farine et d'eau-de-vie.

La manutention de Varsovie continuera à faire quarante mille rations de pain et autant de biscuit.

· Trente mille rations de pain et dix de biscuit seront expédiées chaque jour pour le quartier-général.

L'intendant-général aura une correspondance suivie avec l'ordonnateur Joinville qui suivra le quartiergénéral; avec le sieur Thévenin, le directeur des transports et l'agent en chef des vivres, qui suivront le quartier-général.

Chaque convoi sera escorté par quatre gendarmes, d'élite, huit ou dix hommes de dépôts que fournira le gouverneur, un agent des transports, et quand on le pourra, par un commis des vivres.

Il y aura à la suite de l'armée de la viande sur pied pour dix jours; on fera partir cent boufs pen-, dant les cinq premiers jours, et cinquante pendant les autres jours, pour suivre le quartier-général. Il y aura toujours à Sierock un parc de cent boufs pour les

« AnteriorContinuar »