Imágenes de página
PDF
ePub

connaitre, dans la journée de demain , si le pont de Pomichowo est arrangé, ou enfin le jour où il le

sera.se,

L'empereur vous demande s'il ne serait pas possible de barrer la rivière au-dessus de Sierock de manière à arrêter les glaçons et à les faire prendre, comme au-dessus du pont à Praga : en enfonçant quelques pieux et mettant des bâtons en travers on pourrait faire ce barrage. On passerait alors sur ces glaçons et attendant que le pont fût fait.

Au maréchal LEFEBVRE.

Varsovie , le 25 janvier. DIFFÉRENS rapports, monsieur le maréchal, donnent à penser que différens mouvemens que

fait l'en: nemi peuvent avoir des vues offensives. Sa majesté vous recommande d'expédier de Thorn un officier au maréchal Bernadotte, afin d'avoir des nouvelles de ce qui se passe de son côté, et que, suivant les circonstances, vous puissiez assurer le point important de Thorn, et border la gauche de la Vistule. Vous instruirez directement l'empereur de ce que vous apprendriez du maréchal Bernadotto. J'envoie l'ordre au général Espagne de se rendre avec sa division de cuirassiers à Thorn, où , comme elle ne pourra pas y être avant une huitaine de jours, j'aurai

de vous faire connaître sa destination suivant

le temps

les circonstances. Jusqu'à ce qu'on connaisse décidément les projets de l'ennemi, si réellement il en a, et que l'empereur ait pris en conséquence un 'parti définitif, vous devez, monsieur le maréchal, vous borner à assurer la place de Thorn et le pont, ainsi que les magasins de Bromberg , contre toutes les entreprises de l'ennemi, de manière à être à l'abri de toute insulte. Vous ferez, à cet effet , usage de toutes les forces qui doivent vous arriver successivement pour non seulement remplir ce but, mais encore pour garnir la rive gauche de la Vistule en la descendant. Voici, monsieur le maréchal , la position actuelle de l'armée :

Le maréchal Bernadotte à Osterode;

Les troupes de Hesse-Darmstadt cernent Graudentz; Le maréchal Ney à Neidenburg, Le maréchal Soult à Praznitz;

Les maréchaux Lannes et Augereau en seconde ligne;

Le maréchal Davout à Pultusk.

Au maréchal AUGEREAU.

Varsovie, le 25 janvier.

L'ARMÉE russe, monsieur le maréchal, paraît être en mouvement; sa majesté me charge de vous faire connaitre qu'il est convenable que vous passiez, de

votre personne , sur la rive droite de la Vistule ; que vous y teniez toutes vos troupes , et que, si vous en aviez sur la rive gauche, vous les fassiez passer

à la rive droite.

L'intendant-général a l'ordre de faire expédier sur Viszogrod des grains et des farines. Sa majesté vous recommande d'envoyer un officier de votre étatmajor au quartier-général du maréchal Ney à Neidenburg, et un autre au quartier-général du maré.chal Bernadotte à Osterode , afin d'être instruit de ce qui se passerait , et que , si lennemi se montrait décidé à continuer la campagne pendant l'hiver, vous ayez à réunir votre corps d'armée à Plousk et Racionz, afin de pouvoir vous porter, selon les circonstances, partout où cela serait nécessaire. Il est probable que le maréchal Soult vous préviendra directement, si les mouvemens de l'ennemi étaient offensifs ; il aura aussi prévenu les généraux Klein et d'Hautpoult. Il n'y aura pas d'inconvénient'à ce que vous les préveniez aussi de votre côté, dans le cas où , soit par le maréchal Soult, soit par le maréchal Ney, vous recevriez des nouvelles des mouyernens offensifs de l'ennemi. Au maréchal LANNES.

Varsovie, le 25 janvier. Les rapports, monsieur le maréchal, annoncent que l'ennemi fait quelques mouvemens; il serait possible

[ocr errors]

que vous reçussiez l'ordre de partir demain avec votre corps d'armée, si les rapports se confirment; faites donc les préparatifs pour que les soldats qui manquent de fusils en soient pourvus, qu'ils aient. des cartouches, et enfin faites rapprocher vos caissons, afin d'être pris le moins possible au dépourvu, si l'empereur vous donnait des ordres de départ.

Au général OUDINOT.

Varsovie , le 25 janvier. Ordre de partir de Kalitsch pour être rendu à Löwicz le 31 janvier avec sa division.

Au général ESPAGNE.

Varsovie , le 25 janvier. ORDRE de partir avec sa division de Posen pour se rendre à Thorn.

du maréchal BERNADOTTE.

Varsovie , le 26 janvier. L'ENNEMI, monsieur le maréchal, paraît avoir fait un mouvement sur sa droite, et ce mouvement paraît avoir été déterminé par la course inconsidérée qu'a faite le maréchal Ney; car on doit présumer que l'ennemi a besoin de repos et désire asseoir ses quartiers d'hiver. Le maréchal Ney a l'ordre d'occuper Neidenburg; le maréchal Soult Villenberg.

L'empereur désire que vous restiez maître de la petite rivière de Passarge; à moins que l'ennemi ne se soit décidé à faire une campagne d'hiver, il vous y laissera. Vous pouvez même lui proposer de prendre de part et d'autre cette ligne sans la dépasser. L'aide-de-camp que vous chargeriez de cette proposi- , tion pourrait dire que le roi de Prusse a dû avoir connaissance de l'ordre donné de ne point inquiéter Königsberg, et

que le maréchal Ney qui avait fait une pointe a été rappelé dans la ligne de ses cantonneinens d'hiver. Si au contraire, monsieur le maréchal, l'ennemi avait pris l'offensive d'utie manière décidée, vous n'aurez pas manqué de vous concentrer à Osterode, et dans le cas où l'ennemi trop en force vous aurait débordé par votre gauche, vous maneuvreriez de manière à couvrir Thorn et le flanc gauche du maréchal Ney. Je vous ai fait connaitre hier les dispositions ordonnées au maréchal Lefebvre, envoyé à Thorn pour prendre le commandement du ro' corps, c'est-à-dire celui qui était au général Victor.

La division de grosse cavalerie commandée par le général Espagne se rend à Thorn, et si vous étiez pressé dans vos mouvemens, vous en feriez prévenir le général d'Hautpcult.

Si l'ennemi en force est disposé à vous disputer Elbing, l'intention de l'empereur est de sortir de ses quartiers d'hiver pour empêcher l'ennemi de passer

« AnteriorContinuar »