Imágenes de página
PDF
ePub
[ocr errors]

plusieurs mille rations pour les opérations de la campagne prochaine.

Cependant les maréchaux Bernadotte et Ney pourront avoir de petites manutentions et des hôpitaux intermédiaires à douze et quinze lieues de la Vistule; mais en observant que ces établissemens ne peuvent pas

être considérés comme permanens; que ceux sur la Vistule doivent être établis avec soin.

Les parcs des différens corps d'armée seront également dans les chefs-lieux indiqués ci-dessus pour les dépôts des corps ; c'est dans ces lieux que les directeurs d'artillerie établiront les ateliers de réparations, où seront déposés tous les bagages; l'intention de l'empereur étant de n'avoir aucune espèce d'embarras à la rive droite de la Vistule, afin que rien ne s'oppose à la prompte évacuation de ce pays,

s'il nait à sa majesté d'en donner l'ordre.

Les maréchaux et les ordonnateurs en chef de chaque corps d'armée s'adresseront aux membres des différentes chambres de Plozk et de Marienwerder, pour demander ce qui sera nécessaire pour

former dans les différentes places de dépôt, indépendamment des vivres nécessaires pour la subsistance ordinaire, ce qu'il faudra pour la confection du biscuit , ainsi qu'on vient de le dire. Indépendamment des grandes manutentions, il pourra en être établi de, petites par le maréchal Ney à Mlawa, par le mare

conve

í

[ocr errors]

chal Soult à Praznitz, Chicanow et Sockoczym, ce qui sera utile pour les besoins des troupes cantonnées dans ces parties.

En cas de mouvement offensif de la part de l'ennemi, les maréchaux dont les corps sont le plus près de l'ennemi en préviendront les autres maréchaux et l'état-major-général. Le corps

du maréchal Ney se réunirait à Mlawa; Le corps du maréchal Soult à Golymin; Le corps

du maréchal Davout à Pultusk ; Le corps du maréchal Lannes à Sierock ; Le corps du maréchal Augereau à Plousk.

La cavalerie, comme on l'a déjà dit, se réunirait aux chef-lieux de chaque brigade pour y attendre des ordres.

Au maréchal MORTIER.

Varsovie, le 7 janvier. L'EMPEREUR, monsieur le maréchal, vous laisse le maître d'attaquer la Pomeranie suédoise , quand vous le voudrez. Vous bloquerez Stralsund, et vous vous emparerez de l'ile de Rugen; mais sa majesté pense que vous 'ne devez faire cette opération qu'au moment des fortes gelées ; alors les chemins seront bons, et vos troupes ne seront pas dans le cas d'attraper des maladies, comme par les temps humides. Une fois maître de la Pomeranie suédoise , si vous ne l'êtes pas

de

Stralsund, vous laisserez devant cette place un corps , ainsi que vous le jugerez nécessaire. Vous laisserez reposer vos troupes dans leurs cantonnemens , afin qu'elles soient prêtes à se porter partout où cela sera nécessaire. Si vous pensez que Stralsund puisse se rendre par une canonnade et quelques bombes, vous êtes autorisé à tirer de l'artillerie de Stettin ; mais il est inutile de faire cette dépense, si vous jugez que

la place ne veuille se rendre qu'après les dispositions et les attaques d'un siége en règle. Cependant l'emperear considérerait comme d'un grand intérêt pour ses armées que Stralsund pût être en sa possession le per mars ; alors, avec peu de monde , il aurait l'avantage de conserver la conquête de la Pomeranie. Ayez l'oeil, monsieur le maréchal, et portez une grande attention sur Hambourg, Stettin et Berlin, de manière à y faire marcher rapidement quelques corps, si telle circonstance qu'on ne peut prévoir l'exigeait.

Faites faire dans le Mecklembourg et à Rostock trois à quatre mille rations de biscuit que vous emporteriez avec vous , --si les circonstances exigeaient que votre corps d'armée entrat en Pologne. Je désirerais, monsieur le maréchal, que vous correspondissiez plus souvent avec moi, ce qui est facile par la poste et Slettin.

1

[ocr errors]

Au général Songis.

Varsovie, le 9 janvier. Je vous envoie, général, l'extrait d'un décret de l'empereur, par lequel vous verrez les ordres donnés au commandant du génie sur les travaux et ouvrages qu'il doit faire et que vous devez armer. Ces travaux doivent être finis au per mars. Vous verrez qu'à cette époque il doit y avoir trente pièces de canon de campagne en batterie à chacune des places de Modlin et Sierock, et des magasins contenant un armement et un approvisionnement de cinquante coups par pièce, et de deux millions de cartouches;

Vingt pièces de canon eu batterie à la tête de pont de Pultusk;

Douze pièces de canon au réduit de la tête de pont de Praga;

Quarante pièces en batterie à Thorn : le décret détermine où ces pièces seront prises,

Je vous prie de me faire connaître les dispositions que vous aurez faites pour l'exécution du décret.

Au général CHASSELOUP.

Varsovie , le 9 janvier. Vous trouverez ci-joint, général, l'extrait d'un décret de l'empereur pour ce qui concerne votre arme ; ces objets portent :

1°. Sur l'enceinte bastionnée autour de Sierock;

2°. Une espèce de cordon qui coupe la presqu'île à la jonction de la Narew et du Bug;

3o. Une autre tête de pont sur la rive gauche de la Narew;

4o. L'établissement de dix fours et de magasins å Sierock;

5o. Une tête de pont sur la rive droite de la Visa tule à Modlin, à l'embouchure de la Narew;

6o. Une autre tête de pont qui coupe la presqu'ile formée par la Vistule et la Narew;

7o. Une autre tête de pont sur la rive gauche de la Vistule;

8o. Des manutentions et des magasins à Modlin comme à Sierock;

go. Une tête de pont à Pultuck sur la rive gauche;

100. Une tête de pont de deux à trois cents toises de développement, servant de réduit pour la défense du pont de Prague, indépendamment de huit redoutes, etc.; uo. Relever la vieille enceinte de Thorn,

y

établir des manutentions et des magasins les plus considérables possible.

Les intentions de l'empereur sont suffisamment manifestées dans l'extrait du décret que je vous envoie.

Je vous prie de me faire connaître les dispositions

« AnteriorContinuar »