Poésies basques, publ. et tr. [by P.G. Brunet.] Extr. du Recueil des actes de l'Acad

Portada
1847
0 Reseñas
 

Comentarios de usuarios - Escribir una reseña

No hemos encontrado ninguna reseña en los sitios habituales.

Páginas seleccionadas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 22 - La liberté est le pouvoir qui appartient à l'homme de faire tout ce qui ne nuit pas aux droits d'autrui ; elle a pour principe la nature, pour règle la justice, pour sauvegarde la loi ; sa limite morale est dans cette maxime : Ne fais pas à autrui ce que tu ne veux pas qu'il te soit fait.
Página 78 - Euscaldunac avaient l'estime du monde entier. Il n'en était pas de même de leur idiome, parce qu'il n'était pas écrit. On saura aujourd'hui combien est belle la langue des Euscaldunac. Que tout Euscaldunac lève haut la tète, car son langage est une fleur de parfum suave. Les seigneurs, les princes réclament qu'il soit écrit, afin qu'ils puissent l'apprendre. Leurs désirs ont été accomplis par un originaire du pays de Garacy et par un de ses amis qui aujourd'hui habite Bordeaux. C'est cet...
Página 69 - Dieu, nous sommes encore jeunes en amour : si j'étais roi, vous deviendriez reine. De grâce, donnez- moi un baiser et ne vous offensez point; l'amour que je professe pour vous mérite bien cette faveur. — Fi donc! éloigne-toi. Pour qui me prends-tu? crois-tu que je n'aie pas eu affaire à d'autres qui te ressemblent? Ne m'adresse jamais de pareils propos. Si tu peux les tenir à d'autres , je ne suis pas de celles que tu crois. — Si vous étiez mauvaise fille , je ne ferais aucun cas de votre...
Página 69 - Je commence à m'apercevoir que tu ne le moques point de moi. Cet homme voudrait-il donc me déshonorer? — Que me font vos cris , pourvu que vous gardiez un moment le silence? — Oui , je donnerai à Lélo , à mon Lélo , des baisers à profusion ; mais qu'il ne touche pas au reste. . . — Mademoiselle , criez moins fort une autre fois. Analyser cette petite pièce serait détruire une partie de son charme , et faire injure au goût des lecteurs ; en la lisant il n'est personne qui ne se dise...
Página 73 - L'amie inexorable. Une demoiselle belle, gentille m'a donné dans l'œil. Elle est sans pareille dans le pays; je lui ai demandé, je l'avoue franchement, s'il me serait possible d'entrer dans ses bonnes grâces. Sa réponse ne s'est pas fait attendre. — La politesse me commande de vous estimer ; cela doit vous suffire. Je suis jeune, mais je ne veux pas être légère. — Quoique jeune, vous ne manquez pas d'intelligence; daignez donc partager le tourment que vous me causez. Si vous voulez que...
Página 62 - ... Heuscara , Ialguiadi mundura Lengoagetan ohi inçan, Estimatze gutitan, Oray aldiz hic beharduc Ohoria orotan. Heuscara , Habil mundu gucira. Berceac oroc içan dira Bere goihen gradora, Oray hura iganenda Berce ororen gaynera. Heuscara , Bascoac oroc preciatzen Heuscara ez iaqiun harren ; Oroc iccassiren dute Oray cerden heuscara. Heuscara , Oray dano egon bahiz Imprimitu bagueric Hi engoitic ebiliren Mundu gucietaric. Heuscara , Eceyn ere lengoageric, Ez francesa ez berceric , Oray ezta erideyten...
Página 28 - Grand maître sera juste ; il pèsera à la même balance le grand et le petit. Il sera inutile d'appeler de son jugement ; il ne connaît pas de maître au-dessus de lui. La malice lui déplaît, il aime la vérité. Hélas 1 de grâce, faisons tous aujourd'hui pénitence pour que nous n'ayons pas à rendre un compte terrible. Des signes précéderont ce triste événement : les éléments seront bouleversés , le soleil et la lune se couvriront de sang ; la mer, en colère , secouera ses vagues...
Página 69 - Fais-moi grâce de tels propos. — Puisque vous êtes si difficile , j'agirai autrement. Tant que je vivrai je ne vous abandonnerai point, et maintenant vous ferez ce que je veux. — Je commence à m'apercevoir que tu ne te moques point de moi. Cet homme voudrait-il donc me déshonorer? — Que me font vos cris pourvu que vous gardiez un moment le silence? — Oui, je donnerai à Lelo, à mon Lelo, des baisers à profusion, mais qu'il ne touche pas au reste — Mademoiselle, criez moins fort une...
Página 61 - Vnsa enplegatu duquet heben eure denbora. Hor balego gaztigayro ihaurc eure gucia , Bada oray gaztiguezac aldiz eure burya , Quiry fasuyari nola hiri bel eztaquia Bercer argui eguin eta erracendic buruya. Hiri eguin vadaraye bide gabe handia, leyncoari gomendezac eure gauça gucia Harc orori eraanendic bere merexituya , Gayzqui guiler pena, haniz pacienter gloria.
Página 60 - Gayça nola hona ère iauguinenda vertaric. Gayz'iqhussi eztuyenac hona cerden eztaqui. Hongui eguitez , gayz sofrituz , vehardugu saluatu ; Pena eta miseria nie enuyen dastatu. Oray daquit, Jangoycuac enu nahi damnatu; Heben ene penacera caydanyan orhitu : Vrhe hunac vehardici suyan vnsa purgatu. Vere nahi ezpanindu eninduquen punitu ; Aytac vere haur maytia gaztigalu ohidu ; Bihi hunac gorde gabe vehardici xahutu langoycoac nizaz ère hala aguian eguindu.

Información bibliográfica