L'onanisme, dissertation sur les maladies produites par la masturbation

Portada
F. Grasset, 1764 - 286 páginas
 

Comentarios de usuarios - Escribir una reseña

No hemos encontrado ninguna reseña en los sitios habituales.

Otras ediciones - Ver todo

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 6 - ... l'art , et que l'on peut regarder avec raison comme les docteurs et les pères de la médecine. Hippocrate, le père et le prince de la médecine, dit que « les libidineux n'ont pas de fièvre, et, quoiqu'ils mangent bien, ils maigrissent et se consument. Ils croient sentir des fourmis descendre de la tête le long de l'épine. Toutes les fois qu'ils vont à la selle ou qu'ils urinent, ils perdent abondamment une liqueur séminale trèsliquide ; ils sont inhabiles à la génération, et ils...
Página 32 - Le tableau qu'offre ma première observation est terrible ; j'en fus effrayé moi-même, la première fois que je vis l'infortuné qui en est le sujet. Je sentis alors, plus que je ne l'avais fait encore, la nécessité de montrer aux jeunes gens toutes les horreurs du précipice dans lequel ils se jettent volontairement.13» Trop long pour être rapporté dans son intégralité, le tableau mérite néanmoins quelques citations significatives :
Página 34 - J'appris son état, je me rendis chez lui ; je trouvai moins un être vivant qu'un cadavre gisant sur la paille, maigre, pâle, sale, répandant une odeur infecte, presque incapable d'aucun mouvement. Il perdait souvent, par le nez , un sang pâle et aqueux ; une bave lui sortait continuellement de la bouche; attaqué de la diarrhée, il rendait ses excréments dans son lit sans s'en apercevoir...
Página 117 - Chrysostome, que s'excitant contre les lois de la nature, le crime est beaucoup plus grand de ce côté-là que de l'autre™. Et peut-on douter que la nature n'ait attaché plus de joie aux plaisirs...
Página 104 - Le masturbateur, continuellement livré à ses méditations ordurières, éprouve à cet égard les mêmes maux que l'homme de lettres qui fixe les siennes sur une seule question ; et il est rare que cet excès ne nuise pas.
Página 68 - ... tant de germes' d'êtres de fon efpèce. Suivant Hippocrate , elle émane de toutes les parties de fon corps , & furtout de la tête : c'eft un réfultat de toutes les humeurs. Il donne pour preuve de fon fentiment , la foiblefle que reffèntent ceux qui en perdent dans la copulation. Il y a, dit -il, des veines & des nerfs, qui, de toutes les parties du corps , vont fe rendre aux parties de la génération. Lorfque les humeurs font entrées dans une efpèce de fermentation, qui en fépare ce...
Página 32 - Sage trop tard, le mal avait déjà fait tant de progrès qu'il ne pouvait être guéri, et les parties génitales étaient devenues si irritables et si faibles qu'il n'était plus besoin d'un nouvel acte de la part de cet infortuné pour faire épancher la semence.
Página 220 - ... après soi; toutes les fonctions troublées, suspendues, douloureuses: des maladies longues, fâcheuses, bizarres, dégoûtantes; des douleurs aiguës et toujours renaissantes; tous les maux de la vieillesse dans l'âge de la force; une inaptitude à toutes les occupations pour lesquelles l'homme est né; le rôle humiliant d'être un poids inutile à la terre; les mortifications auxquelles il expose journellement ; le dégoût pour tous les plaisirs honnêtes; l'ennui, l'aversion des autres...
Página 58 - Les matheureuses femmes livrées à cette luxure périssent misérablement ses victimes; elles sont particulièrement exposées à des excès d'hystérie ou de vapeurs affreux, à des jaunisses incurables, à des crampes cruelles de l'estomac et du dos, à de vives douleurs de nez, à des pertes blanches, dont l'àcreté est une source continuelle de douleurs les plus cuisantes; à des chutes, à des ulcérations de matrice et à toutes les infirmités que ces deux maux entraînent; à des prolongements...
Página 99 - ¡шх portes de Montpellier. Le matin , on l'apporta en ville mourante ; elle expira le soir, baignée dans son sang, qui ruisselait de la matrice.

Información bibliográfica